UKulture

Derby de Londres : 10 choses que vous ne saviez peut-être pas sur le derby Arsenal – Tottenham

Le derby de Londres a toujours été le théâtre de faits ou d’événements. God Save The Foot vous en a sélectionné à découvrir ou redécouvrir.

Avec le premier North London Derby samedi, God Save The Foot vous propose une semaine spéciale pour parler de la rivalité des entre les deux ennemis jurés Arsenal et Tottenham. 1er épisode, c’est parti.

Le 1er North London Derby n’en était pas un

Arsenal n’ayant emménagé dans le Nord de Londres qu’à partir de l’année 1913, techniquement tous les matchs précédents cette période ne pourraient décemment pas être appelés North London Derby. situé à Woolwich, à l’Est de Londres et sur la rive sud de la Tamise, Arsenal n’a migré vers le Nord que 27 ans après sa création. Mais bon, on ne va pas chipoter pour une trentaine de match, on les laisse quand même dans le compte.

La 1re rencontre Tottenham – Arsenal n’a pas duré 90 minutes

Moins d’un an après la création d’Arsenal, le 1er match connu entre les deux équipes se déroule le 19 novembre 1887 sur le terrain des Spurs qui n’était pas encore White Hart Lane à ce moment-là. Un match amical qui se termine par une victoire de Tottenham 2-1 alors que le match se termine à 75e minute de jeu faute à un coup d’envoi trop tardif. Par manque de lumière, le match est interrompu.

North London Derby, épisode 262

Samedi, en comptant absolument tous les matchs disputés entre les deux équipes, la rencontre entre Arsenal et Tottenham sera la 262e rencontre recensée opposant les deux ennemis.

23 ans pour le 1er match officiel en championnat

C’est seulement en 1909 que le premier match de championnat entre les deux meilleurs ennemis se dispute. Le 4 décembre de cette année, les Gunners, qui viennent d’accéder à la 1re division, reçoivent devant 18.000 spectateurs les Spurs. Victoire pour les locaux 1-0.

David O’Leary, Garry Mabbutt et Steve Perryman

L’irlandais David O’Leary détient le record de North London Derby disputés avec 35 matchs, tous sous le maillot des Gunners. Pour compléter ce podium des joueurs ayant disputés le plus de derbys, nous appelons les Spurs Garry Mabbutt et Steve Perryman avec 32 rencontres chacun à leur actif.

Ils ont joué des NLD pour les deux équipes

Adebayor fait le salut militaire aux supporters d'Arsenal après avoir marqué pour les GunnersBien qu’ils soient 18 joueurs à avoir joué des matchs officiels pour chacune des deux équipes, ils sont seulement 8 à avoir disputé des North London Derby en portant les deux maillots : Laurie Brown, Sol Campbell, David Jenkins, Pat Jennings, Jimmy Robertson, Willie Young, William Gallas et Emmanuel Adebayor. Robertson et Adebayor sont les seuls joueurs ) avoir marqué au moins un but pour chacune des équipes et le togolais est d’ailleurs toujours le meilleur buteur du NLD dans l’ère Premier League avec 8 réalisations.

La plus grosse victoire

La plus grosse victoire lors d’un Derby du Nord de Londres (oui, c’est moins beau dit comme ça) est à mettre au crédit des Gunners. Arsenal rend visite à son voisin du Nord pour un match de championnat d’Angleterre le 6 mars 1935 et vont littéralement les atomiser, à White Hart Lane qui plus est, 6-0 !

 

Tottenham et les North London Derby à domicile… à Highbury

La tribune Nord de Highbury lors de sa construction en 1913

Tottenham a accueilli Arsenal à 5 reprises à Highbury. Oui, vous avez bien lu cette phrase. Lors de la 1re guerre mondiale, Tottenham joue une partie de ses matchs « à domicile » à Highbury. Par 5 fois les Gunners sont venus défier Tottenham sur sa propre pelouse. Bilan : 3 victoires pour Tottenham, 2 pour Arsenal. Demain, nous reviendrons plus en détail sur God Save The Foot sur cette période de la rivalité entre Gunners et Spurs dans un article entièrement dédié aux deux guerres.

Arsenal a gagné 2 fois le titre à White Hart Lane

« We won the league ! (We won the league !), At White Hart Lane ! (At White Hart Lane !), We won the league at White Hart Lane, We won the league at the s*it-hole, We won the league at White Hart Lane! »

Les Gunners en ont fait un chant célébrant leur consécration de 2004 qu’ils ressortent à chaque visite chez l’ennemi environ. À la faveur d’un match nul à White Hart Lane le 25 avril 2004, les invincibles d’Arsenal assurent leur titre dès la 35e journée de championnat. Mais ce n’était pas la première fois qu’Arsenal faisait le coup : lors de la saison 1970/71, les Gunners avaient déjà réalisé cet exploit. Alors à la lutte avec Leeds pour le titre, Arsenal doit s’imposer à White Hart Lane lors de l’ultime journée de championnat pour être sacré. Grâce à un but de Ray Kennedy à la 87e minute de jeu, les Gunners sont Champions. Épique, tout simplement.

Les lasagnes empoisonnées

Légendaire pour les supporters de Tottenham, les lasagnes empoisonnées font partie des grands épisodes de la rivalité entre Tottenham et Arsenal. Le 7 mai 2006, Tottenham alors sous la direction de Martin Jol se déplace à West Ham pour la 38e et dernière journée de Premier League. Alors 4e, les Spurs possèdent un point d’avance au classement sur Arsenal 5e et rêvent d’une qualification en Ligue des Champions pour la saison suivante.

Martin Jol réconforte ses joueurs après la défaite de Tottenham à West Ham en 2006

Problème, la veille au soir, les Spurs ont dégusté un plat de lasagnes à leur hôtel qui va laisser sur le carreau toute l’équipe, staff compris. Les lasagnes laisseront la grande majorité de l’équipe malade, dont les cadres Teemu Tainio, Michael Carrick, Edgar Davids, Robbie Keane, Radek Cerny ou encore Aaron Lennon et Michael Dawson. Bien qu’ayant demandé le report de la rencontre, les Spurs sont contraints par le FA de se présenter à l’heure prévue sous peine de perdre le match sur tapis vert. Martin Jol, lui-même malade, compose une équipe comme il peut, alignant les joueurs en état de jouer, tant bien que mal. Certains ne termineront pas la rencontre, fatigués et trop malades pour jouer comme Carrick, qui sera remplacé dès la 60e minute et dont la légende dit qu’il a suivi la fin du match depuis les toilettes les plus proches. Une défaite de Tottenham (2-1) et une victoire d’Arsenal contre Wigan plus tard, les Gunners terminent la saison 4e et joueront la plus grande des compétitions la saison suivante. Les Spurs, eux, ont gagné une tournée générale de Smecta.

Coïncidence dans cette affaire, Arsenal qui doit recevoir Wigan au même moment loge à l’hôtel Four Seasons, voisin direct de l’hôtel Marriott choisi par l’encadrement des Spurs pour la mise au vert d’avant-match. Il n’en fallait pas beaucoup plus pour que les théories du complot se montent. Pointés du doigt, les responsables de l’hôtel accusés de complicité nieront en bloc, ainsi que les dirigeants d’Arsenal. Tottenham de son côté aura tenté tous les recours possibles pour obtenir gain de cause, demandant même à rejouer le match. En vain.

Article précédent

Pays de Galles : de l’enchantement au désenchantement

Article suivant

La sélection anglaise, prophète en son pays ?

L’auteur

Adrien

Adrien